LES   TRADITIONS   AU   LYCEE


 

Pour  enregistrer  une  image  cliquer droit  sur la photo puis cliquer gauche  sur  "ENREGISTRER  SOUS"  et  mettre  l'image  dans  un  répertoire  choisi  à  l'avance.

Une  fois  l'image  enregistrée  on  pourra  l'agrandir  en  jouant  avec  la  molette  de  la  souris.

                             ATTENTION: Si  on  l'agrandit de  trop  l'image  pixellise.

 

Certaines  images  peuvent  être  plus  agrandie  que  d'autres  cela  doit  dépendre  de  la définition  avec  laquelle  elle  a  été  enregistrée.


 

 

                           LES   TRADITIONS                                               

Les   traditions   s'appliquaient   aux   1ere   année   c-a-d   aux   4eme  TI   et   duraient   toute  l'année   alors   que   pour   ceux   qui   rentraient   en   seconde    cela   durait   pendant   un  trimestre  seulement. Je  ne  sais  pas   s'il   y  avait  des  élèves  qui   entraient   en   3ème   et  quel  était  le statut  de  bleu  qui  leur  était dévolu.

Tous   ces   élèves   étaient   appelés   "bleus",   comme   à   l'armée.

Les   anciens   faisaient   faire   aux   bleus   toutes   sortes   de   bêtises   ou   de   corvées  comme   faire   une   déclaration   d'amour   à   une   fille   ou    mieux   à   une   descente   de  gouttière   dans   la    rue    le    dimanche,   mesurer   la   cour   avec   une   allumette   ou   alors   porter    le   sac   contenant    les   palmes,   le   masque,    le   tuba   ainsi    que    la   serviette    de   bain   d'un   ancien    le   dimanche    en    période   de   natation,    jouer    au   speaker    d' informations    à    table,   de    même    d'aller     faire     le    lit    de   l'ancien     le   dimanche   ou   alors   faire    une   dissertation    dont    un    des    sujets   préféré    était :  "Etant   donné    le   clair   de    lune   décrivez    le   clair   de   l'autre".

L'imagination   était   sans   limite. Et   quand   cela   ne    plaisait    pas    à   l'ancien    on   "prenait "  un   "45"  c-a-d   que   l'on   devait    se    plier   à   45°  et   prendre   un   coup   de   pied    au    fondement.

Parmi    les    anciens   il    y   avait    de   tout :  des  méchants,    des gentils,   des sympas    et    des    sales   c...   surtout    pour    les    45.

Mais   bon,   ce    n'était   pas   la   mer   à    boire    car   rien    n'était    dangereux.

 

 

                                                            

                                                          LES   MONOMES

 

Les  monômes,   ou  rassemblement  de  tous les  élèves  du  lycée,   se  faisait   à   chaque  fin   de   trimestre   la   veille   du   départ   en   vacances   (Noël,  Pâques  et   grandes  vacances).

Nous   nous   réunissions   dans   la    salle   de   gym   située   sous   les   nouveaux  dortoirs   ou  des   élèves    montraient    leurs    talents    de    chanteurs,    de    conteur,    d'imitateur    etc.

Ensuite   nous   nous  mettions   en   chaine   se   tenant   par   les   épaules  et   parcourions  tout   le   lycée  (extérieur  seulement)   en   chantant   à    tue-tête   tous   les   chants   que  nous   avions   appris. Depuis  le  chant  des   conscrits   jusqu'au   chant   des   anciens   en  passant   par   celui  de  toutes   les   années.

Le   dernier   chant   était   en   général    celui   des   adieux    qui   m'a   toujours   très   touché.

Souvent   les   profs   étaient   présents   et   se   marraient   autant   que   nous   surtout   aux  imitations.

Le   lendemain   nous    partions   en   car  et   les   bleus   l'étaient   jusqu'à   Ménerville  (mi-chemin  de  Dellys  à   Alger).  Après   ils   n'étaient   plus  soumis  aux  traditions   du   moins  pour  les   Constantinois.

Mais   la   bleusaille   durait   une   année   entière   quand   même.

 

 

  

                                                           LE   PERE   CENT

 

Fête   qui    se   prépare   en   dernière   année   (fin   de   la  terminale)  et    qui    était   attendue   pendant   5   ans   ou  3 ans  pour  les  secondes ,  durée    générale   des  études   au   moment   ou    j'étais   élève,  car   elle   signifiait   que   la   fuite  (la  quille)  était   dans   les   3  mois.

La   préparation   durait   tout   au   long   de   l'année   car   il   fallait   chercher  le   thème   du    Père  Cent   puis   exécuter   tout   ce    qu'il    faut    pour   la    fête.

On   se   creuse   la   tête   pour   savoir    ce   que   l'on   va    faire   et   comment   le   faire pendant   toute   cette   année.  N'oublions   pas   que   c'est  aussi   l'année   du   diplôme  donc   il    faut   jongler  entre   les   cours,  le   travail    en    étude   et   la   préparation   du  Père  Cent.

Une  fois   le   thème  trouvé   plusieurs   équipes   se   partagent  les  tâches   en  fonction  des  compétences    ou   des  dons  de  chacun.

Ceux   qui   sont   bons   en   décoration  prépareront   les   grands   tableaux   qui   orneront  la   salle   du   Père  Cent  (en  général  c'était  le   grand   réfectoire  du   haut)  ceux   qui   sont   de   bons   manuels   feront le  "mobilier"  du  Père  Cent. Le  "mobilier"  peut  être  de  plusieurs  formes. Tableaux  ornementaux, et  certainement  des  choses   rappelant le  thème.

Lors   du   1er  Père   Cent   que   j'ai   vu   le   thème   était   je  crois :   "la  mer".

Il    a    été    fait    une    grande    coquille   St Jacques   ouverte    en    plâtre    dont    le    fond  comprenait   une   estrade   sur   laquelle   jouait   l'orchestre. On  y  dansait  au  Père Cent  vu  que   les   personnes   y   venant   étaient   des  parents,  des  petites   amies,   des  connaissances   des  élèves   de  terminale   et   il   y   avait   aussi   les   professeurs   et   leurs   familles,     certainement   aussi   quelques   autorités    civiles    et    militaires. 

Ceux   qui   sont   bons   dessinateurs   (pas   industriels,  évidemment!)  participeront   aux dessins   satiriques   concernant   les élèves  (et/ou les profs)  du  Père Cent.

Ces   dessins   seront   photographiés   (voir  les  photos du  Père  Cent  de  ma  promo  ci-dessous)   et   ces   photos   données  (ou  vendues,  je   ne   sais   plus)  aux   élèves   du   Père-Cent   et   certainement   vendues   aux   autres   élèves   ou   aux  personnes   qui    viendront    à    la    fête   du   Père  Cent.

La   fête   durait   toute   la   nuit   et   on   ne   pouvait   pas   y   déroger   car   il   y   avait   le  couvre-feu.

Après   le    moins   drôle   venait,   il    fallait    tout    démonter    ou    casser   le   plus   rapidement   possible    et    évacuer    les    gravats    et    les   nombreux   "cadavres"   de   bouteilles  vides.

La   fête   était   finie,  les   élèves   du   Père  Cent   étaient   certainement    un    peu    triste   mais   d'un   autre  c ôté    content   d'être   à   100  jours   de  la   quille.

 

 


     PERE-CENT  DE  LA  PROMO  57-62

         APPELEE   PROMO  SPOUTNIK

 Pourquoi ce  nom?

  En  1957  c'était  l'année  du  lancement                       de   Spoutnik 1

 En   général   les   caricatures   se  rapportent   à    une   caractéristique ou trait dominant   de   l'élève.


 Photo N°1 


      PERE-CENT  DE  LA  PROMO  57-62

          APPELEE   PROMO  SPOUTNIK

 

 

 

 

 

 

 

Photo  N°2


     PERE-CENT  DE  LA  PROMO  57-62

          APPELEE  PROMO  SPOUTNIK

 

 

Je  suis  en  bas  et  tout  à  fait  à  gauche assis par terre en train de bricoler.

 

 Photo  N°3

 


     PERE-CENT  DE  LA  PROMO  57-62

          APPELEE  PROMO  SPOUTNIK

 

 

 

 

 

 

Photo  N°4


 

 

 

 

 

Exemple   de   l'information   de   la   mort  du   Père-Cent.

Ce   n'est   pas   celui   de   ma   promo  mais  celui   d'une   promo   très   ancienne   des  années  37-40.5Je n'étrais pas encore la.

Promo   qui   a   du   souffrir   dans   ses  études   du   fait   de   la   guerre   et   de   la  fermeture   de   l'école pendant un long temps.

 

                                                          LA  F8   (LA  FUITE)

 

La  F8   tant   attendue   c-a-d   le  départ  en  vacances   chez   nous   à   la   fin   des  trimestres..Tous  les  matins  au  tableau  de  l'étude  était  mis  à  jour  concernant le nombre  de   jour  restant  pour   la   prochaine   F8.

Certains   comme   moi   partaient   grosso-modo   tous   les   3   mois,  d'autres   plus  chanceux   car   habitants   pas    trop   loin   partaient    plus    souvent.

Le  TGV    n'était   pas   encore   arrivé   (et   ne   l'est   toujours   pas !).

Il   faut   dire   que  le   trajet   Dellys-Philippeville   prenait   la   journée   entière   et   encore  quand   un   train   sautait   on   continuait   le   lendemain. (Ce   qui   nous  est  arrivé  une  fois).

On   en   profitait   beaucoup   de   ces   vacances,  personnellement   je   faisais   profusion   de   cinéma  et  pourtant  à  Dellys   j'y   allais   souvent   3   fois   par   semaine,  2   fois   au  lycée   et   1   fois   en   ville,  souvent  au  Caïd, (C'est   la   période   de   ma   vie   ou   je   suis   allé   le    plus    au   cinéma)   et    des   promenades    sous   les   arcades   de   la   rue  Clémenceau   et   de   la  place   Marqué. (On   y   draguait   les   filles   ou   on    discutait   avec   des    copains!)

La   veille  de   la   F8   on   faisait   un   monôme  (voir   description  de   ce   mot)   puis   le  lendemain   matin   nous   nous   rassemblions   dans   la   cour   avec   nos   valises,  les    cars   nous   attendaient   et   pour   tous   les   Constantinois   nous   nous   arrêtions   à   Ménerville   ou    nous    prenions    le    train     pour   Constantine    qui     y    arrivait    normalement    dans  l'après-midi   et    qui    nous    permettait    à    nous    Philippevillois,   de   pouvoir   arriver   dans   la    soirée   chez   nous.

Le   convoi    des     cars    était    escorté    par    plusieurs    jeeps    et    auto-mitrailleuses.

Aussi    nous    étions    insouciants    et    nous    chantions    dans    les    cars..

Arrivé   sur   place   nous   attendions   le   passage   du   train,  une   fois   nous   avions  appris   que    le   précédent   train,   passant   plus   tôt,    avait    sauté    sur   une   mine   aussi    cela    a    été    long   car  il  a  fallu  arrêter   le   train   juste   avant   celui   qui   avait   sauté ,   que   nous  descendions    sur    la   voie  et   que   nous   allions   de   l'autre   côté   du   convoi   stoppé   par   la   mine  et   que   nous   prenions   un   autre   train   qui  était   venu   nous   récupérer.

Le   soir   nous   sommes   arrivés   à  Constantine   après   le   couvre-feu.

Nous   avons   dormi   chez   un   copain   dont   les   parents   nous  avaient   hébergés.

Le  lendemain   départ   pour   Philippeville  ou  les  parents  se  faisaient  du  mauvais  sang.

Une  véritable  épopée.

 

 


    Vous  avez   en  bas   et   à   droite   un  bouton  avec  une   flèche  vers  le   haut  qui,            après    un   clic  vous  permet  d'aller   directement  vers  le  haut  de  la  page.