ANECDOTES


 

                                                     ANECDOTES  TOUTES  SIMPLES

 

Un  ancien   demandait   à   un  bleu  d'aller  chercher  (suivant  son  humeur  du  moment) :

     -Soit  la  radiale  portative  (entre  1  et  2  tonnes  AU  MOINS )

     -Ou  la  lime  à  épaissir

     -Ou  le  marteau  à  bomber  le  verre

     -Ou  le  rabot   à   remettre   les   copeaux   en   place.

     -Ou   la   fausse   équerre   à   90°

 J'en   passe   et   des   meilleures.  Ils   avaient   l'imagination   très   fertile.

 

                            Si   vous     avez   d'autres   anecdotes   je   suis   preneur.

 

 

  

                                                       ANECDOTE   DE   LA   POULE

 

Un  élève  qui  n'était  pas  un  ange  tout  en en  étant  un, un jour  décida  de  piquer  une  poule   dans   le   poulailler   du   surgé   (il   devait   y   avoir   au   maxi   3   poules)   et   la  balancer  le   soir   dans   le   dortoir   au   2eme   étage   pour   semer   le   bazar.

La   poule   a   été   prise   à   la  fin  de  l'heure  de  gym  et  l'élève   l'a   mise  dans  son  sac   de  sport   pour  l'enfermer  dans   son  placard   en  étude  à   la  fin  des  cours   vers  12h.

L'élève  (et  les  autres) viennent   en  étude  pour  déposer  leurs  affaires  avant  d'aller  au  réfectoire.   Le   sac  (et  la  poule  dedans)  sont   enfermés   dans   le   placard.

Départ  au  réfectoire   puis  retour   en   étude .  La,  l'élève  dit:  on  va  la  sortir  un  peu  pour  qu'elle  se   dégourdisse   un  peu  les  pattes.

En   effet   il   sort   le  sac    du   placard   puis  la  poule  du  sac  de  gym  et  la,  la poule   ne  bougeait   plus:  "elle  dort"  dit-il!  Je   lui   répond   "oui   mais   du   sommeil   du   juste".

Sur  ce,  il  prend  la  poule  la  met  sur  le  dos  sur  une  table  d'étude, l'un  lui  écarte  les ailes  et  les  rabat   dans  un  mouvement  de  respiration   artificielle,  un autre   lui  ouvre   le  bec  et   lui   souffle  dans  la  bouche   mais   rien  à  faire   la poule  "dormait  toujours".

-Que  va-t-on  faire  de  la  poule  maintenant?

-Ah  eh   bien   cet   après-midi   on   a   atelier   on   va    la  balancer   derrière  les  ateliers   

 (il  y  avait  une   de   ces    pentes,  je   ne   vous   dis   que   ça!)

2   copains   faisaient   le  "pet" d'un  côté  et   de   l'autre  du  chemin  pendant  que l'élève balance   la poule  qui  après  un  grand  vol  non  plané  atterrit   dans   les  hautes  herbes  de  la  pente  descendant  vers  la  mer.

Sur  ces  entrefaites  la  femme  du  surgé  va  donner  à  manger  aux  poules  et  les compte (c'est  pas  dur!)  "une,  deux !  mais   il   en   manque   une"   doit-elle  se  dire!

Elle   va   conter  derechef   et  rapidement   la   mésaventure   à   son   mari.

L'après-midi   le   surgé  est  sur  le  pas  de  sa porte  et  regarde  passer  les  élèves  et  tout  à  coup    comme   l'inspecteur  Maigret   il  semble  se   dire :

-"Bon   sang   mais  c'est   bien sûr,  le   voila   le   coupable"  en  voyant  passer   un   élève  qui  était  effectivement  l'auteur  du  larcin   de  la   poule!

Bingo!  Aux   innocents   les   mains   pleines!

Il   convoque   l'élève   dans   son   bureau   et   lui   demande:   "qu'avez   vous   fait   de   la  poule"   et  l'élève   avec   un   sourire   angélique   répondit :   "quelle   poule   Mr   le  surveillant   général?"

-Celle   que   vous  avez   prise   dans    mon   poulailler!

-Je   n'y    suis   pour   rien,   répond   l'élève!

Bref   l'interrogatoire   a   duré  un  bon  moment  avec  lampes  dans  les  yeux  de  l'élève.

-Puisque   c'est   cela,  dit   le  surgé,  vous   resterez  enfermé   nuit   et   jour  dans  l'annexe  de  l'infirmerie,  je  viendrai  vous  chercher  pour  les  cours   et   vous   y   ramènerai  après,  vous   y   prendrez   tous   vos   repas   ainsi   que   les    petit-déjeuners.

Aussitôt   dit    aussitôt  fait,  il  emmène   l'élève  dans  la  chambre  désignée.

Mais  la  chambre  donnait  aussi  sur  l'extérieur  et  il  y  avait  de  grands  barreaux  et  l'élève   pouvait   discuter   avec   ses   copains,  ce    qu'il    faisait   naturellement.

On   apportait   tous   les   repas   à   l'élève   qui   était   comme    un    coq    en    pâte!

Le  lendemain   de   la   mise   en   "prison"   de   l'élève ,  dans   un   affichage  vitré  et  fermé  à  clé ,   situé dans  la  cour  et  réservé   à   l'administration   pour   que  les  élèves  puissent   lire  tout  ce   qui   avait    trait   à   la   vie  du   lycée,  est   apparu    un  libelle   avec   un   avis   de  disparition.

L'avis  décrivait la poule  disparue  comme  si  c'était  une  femme  avec  des  descriptions affriolantes.

Bref   l'histoire   a   fait  le  tour  de  la  ville. N'oublions   pas   qu'il   y   avait   aussi   des  1/2  pensionnaires   au   lycée   et   peut-être   des  externes.   Je  ne  m'en  rappelle  plus.

Plusieurs  jours   plus  tard   des  ouvriers  travaillant   sur   la  fameuse  pente  découvrirent  le  cadavre  de  la  poule   et   allèrent  le  dire  au  chef   des  travaux   qui  s'empressa  de téléphoner  au  surgé.

J'étais   pa r  hasard   à   la   surge   à    ce   moment   la,   le   surgé   fit   un  bond   dans  son  fauteuil    en   entendant   le   chef   des   travaux   lui   dire:

-" allo  mr  le  surveillant  général,  on  vient  de  trouver  le cadavre!"  (C'était  évident  que c'était  de  la  poule  que  l'on  parlait  car  cela  avait  fait  un  sacré  ramdam  dans le lycée!)

-Quel   cadavre  répondit  le  surgé?

-Celui  de  la  poule,  bien  entendu!

-Ah  bon  vous  m'avez  fait  une  drôle  de  peur!

 Et  le  surgé   se   retombe   dans   son   fauteuil   après   avoir  eu   une   belle   angoisse!

Et   le   cirque   a   recommencé   avec   l'élève   qui   avait   fait   le   coup!

 

  *  Faire  le  pet     (surveiller  si  un  intrus   quel   qu'il   soit   arrive !)

 

 

 

                                                                 LES   VIRAGES

 

En  quatrième  nous  étions  dans  des  chambres  de  8   qui pouvaient   être  fermées   par  une  porte.  (cela  n'a  pas  duré  longtemps  car  l'année   d'après   c'est   passé   à  10  puis  après  on  a  eu  des  lits  avec  un  étage).

Inutile   de   vous   dire   que   toutes   les   nuits   que   Dieu   fasse   il    y    avait    virages   sur    virages    et    parfois   3    et    4    fois    par    nuit.

Il  y   avait   plusieurs  techniques   de  virage:

-La  1ere   qui   envoyait   tout   valdinguer   en   retournant   le  matelas   avec   l'élève.

-La  2eme   plus   sympa   faisait   glisser  le  matelas   par   terre   toujours   avec   l'élève.

-La  3eme   que  j'ai   vu   faire,  quand  l'élève  avait  un  sommeil   de  plomb  et  qu'il  continuait   à   dormir  sur  son   matelas   par   terre,  consistait   à   virer   une   nouvelle  fois  l'élève   endormi   par  terre   avec   le   matelas   par   dessus. La,  l'élève  se   réveillait mais  j'en ai connu un qui ne se réveillait pas tellement son sommeil était de plomb.

 

 

 

                                                                L'ANTI-VIRAGES

 

Les portes   des   chambres  avaient   été  enlevées   à  cause   de   ces   nombreux   virages.

A   force   d'être   viré   plusieurs   fois   par   nuit   un    jour   j'ai    installé    un    piège.

Comme   les   chambres   comportaient   2   fenêtres   vitrées   donnant   sur   le   couloir  et  qu'avec   la   lumière   du   faisceau  du   phare   Bengut  on  voyait  les  copains  arriver pour exécuter   leur  forfait , ces   derniers   avaient   compris   le truc  et  arrivaient   à   4   pattes.

J'ai  tendu   une   ficelle  partant   du   gond   du  battant  gauche  de  la  porte passant par celui du  battant   droit et  passant  derrière  le  1er lit et liait  toutes les tables  de  nuit  qui  étaient  des  chaises  avec  tiroir. Ces  chaises   étaient   en   équilibre   précaire,  aussi  à  la   moindre   sollicitation   de   la  ficelle   toutes   les  chaises  dégringolaient   et   je   ne   vous   dis   pas  le  raffut   et  la  cavalcade  des  vireurs. Cela   a   fait  tellement   de   bruit   que   le pion   (Zozo) qui  était   dans   sa   chambre   est   sorti   et   a   allumé   toutes   les   lumières  et   nous , nous   remettions   nos   chaises   en  place. Un  très  bon  souvenir.


 

 

                                                          LE    LIT    EN    PORTEFEUILLE

 

 Un  classique   me   direz vous!  Oui...mais.

J'avais  fait   le   lit   en  portefeuille   à    un   copain   de   la   chambre.

Le soir   il   rentre   dans   son   lit,  sent   le   portefeuille   et   ni   une   ni   deux   se   couche   dans   l 'autre   sens   et   clame   haut   et   fort:  "je   vous   ai   bien   eu   les   copains!".

Ca   tombait   bien  pour  lui   car   le   lendemain   on   devait   défaire   les   lits   complètement   donc   pas   embêté.

Mais  quelques   jours   plus   tard  je   lui  ai   fait   un   double   portefeuille  (dans  les  2  sens) il   a   voulu   refaire   le  même   coup   mais   il   a   été  obligé   de  défaire  et  refaire   son   lit  pour  se  coucher  en  râlant..


 

  

                                                            LE    DORMEUR    PARLANT

 

Le   copain   ci-dessus  avait  beaucoup  de  succés   avec   les   filles.  (Il   chantait  bien  et  les  filles  sont  très sensibles  à  la  chansonnette!)

Il   avait    un   sommeil   de   plomb.  Aussi   quand   il   dormait   on   lui  posait   des  questions   du   genre : "qu'as tu   fait   avec   une   telle?"  La  réponse    était   invariable,  il  nous   répondait    en    espagnol,   langue    qu'il    parlait    très    bien,   mais    il    dormait   vraiment.

La    nous    étions   feintés.  Mais    c'était   marrant    et     comme   il    dormait   très profondément   on   lui   refaisait    le    coup    tous    les    dimanches    soirs.

C'est   quand    même   drôle    ce    genre    de   chose  et   c'est  la  seule  fois  ou  j'ai  assisté à  ce  phénomène.

 

 

 

                              LE   LIT   A   180°   ET   LA   BALADE    VERS   LES   TOILETTES

 

Notre  copain  ci-dessus  qui  avait  un  sommeil  de  plomb  à qui  on   a  voulu  lui    faire    le   coup   du   lit  mis  en   sens  inverse  de  sa  position  normale.

Un  soir   alors   qu'il   dormait ,  à   4   on   s'est   mis   à   soulever   le   lit   délicatement    et   lui   faire   faire    un    1/2   tour. Pourquoi  cela   me   direz   vous,  tout   simplement   parce que   son   lit   était   près   du   mur   et   que   toutes   les   nuits   il    se    levait    pour    aller   aux   toilettes.

Il   se   levait   et   marchait  quasiment   au  radar, il  avait  l'habitude   de  se   lever  et  de tourner   à    droite   pour   aller   dans   l'allée   mais    comme   cela   avait   été   inversé   il   se retrouva   dans    sa   table  de  nuit..Il   a   loupé    le   mur.

-----------------------------------------

Une   autre    fois   on    décide    de    le    transporter   dans    le    local    des    toilettes,  le   début   de    la   manœuvre   a   bien   fonctionné   mais   voila   que   le   pion   arrive   alors   que   le   lit   était   juste   à   30cm   au  dessus  du   sol,  s'en  suivit   une  remise   en   ordre  et   nous   avons  laissé   tomber.Heureusement  qu'il   n'y   a  eu  de  pas  de  colle  à  la  clé.

Il  était  sympa  Zozo

Notre  copain   a   échappé   à   une   nuit   dans   le   local  des   toilettes.

 

 

 

                LE    BOURRICOT    QUI    AVAIT    SOIF   ET   QUI   NE   SAVAIT   PAS  LIRE

 

 Comme  on   pouvait   entrer   dans   l'école   comme   dans   un   moulin,  il   y   avait   un  coin   derrière   les   ateliers   ou   les  mécaniciens   jetaient   leurs  copeaux  (en   ce   temps   la  on   était   très   loin   de   l'écologie). A cet  endroit,   de  temps   en   temps   un   vieil  homme    venait    avec   son    âne    et    ses    sacs    pour    les     récupérer   afin    de    les    vendre.

On   a   l'écologie   de   l'air   du   temps   et   que   l'on   peut.

Attenant   au   grand   atelier   il   y   avait   une   fontaine   (pas  encore  de  distributeur  de  boisson)  ou   les   élèves   pouvaient   se   désaltérer   à   la   récréation.

Mais   souvent  quand   les   mécaniciens  faisaient  des trempes  ou  d'autres  choses   avec  des  produits   pas   très  catholiques   une   fois   la   trempe   terminée   ils   mettaient   les  résidus   dans   un  demi-tonneau   et  faisaient   couler  l'eau   pendant   un   long   moment.(la   aussi  on   était   loin   de   l'écologie)

A    un    moment    l'âne    ayant    soif    alla    boire    au    tonneau    et    ce    qui   devait   arriver   arriva.

Je   ne    l'ai    pas    vu    personnellement   mais   des   copains    ont   assisté    aux  souffrances    de   l'animal   qui    parait   il    faisait    des  bonds    pas    possibles.

Et   évidemment   au   bout   d'un   moment   l'animal   est  mort,   avec  un   ventre   gonflé,  énorme , au   grand   désespoir  du  vieil   homme. Il  faut  dire  que  la  bête  ne   savait   pas lire  car   sur   le  tonneau   était  écrit : "attention   dangereux   ne   pas  boire". Pauvre  âne!

Il   faut  dire   que   le   tonneau   contenait , si   je   ne   m'abuse,  des   sels   de   cyanure!

 

 

  

                                                     JE   REGLE   MES   COMPTES

 

En  général  quand  quelqu'un  me  cassait  les  pieds  pendant  la  journée  je  lui  disais :  cette  nuit  je  te  vire! Chose  que  je  faisais  toujours  car  chose  promise  chose  due.  Mais  je  le  faisais  le  matin  de  bonne  heure  car  j'étais  un  lève-tôt  alors  que  tout  le  monde  ronflait  comme  un  ou  plusieurs  loirs  surtout  après  avoir  attendu  en  vain  pendant  des  heures  le  vireur !

Ce   copain   était   arrivé   en   retard   au   lycée   et   avait   été  mis   dans   une  chambre   avec   les   anciens   au   1er  étage,   il   était   tout   à   fait   au   bout  du  dortoir  du  1er  étage   et   au   bout   de   la  chambre.

Donc  le  matin  de  bonne  heure  depuis  le  2eme étage  ou  j'avais  ma  chambre  je  passe  par  les  sanitaires  du 2eme  vers  ceux  du  1er   par  l'escalier  extérieur.

Par  chance  la chambre  du  copain  était  pratiquement   en   face   des sanitaires   par  ou  j'arrivais  et  par  ou   je   repartais.

Je  vais  tout   doucement  au  fond  et  j'exécute  un  des  plus  beaux  virages  de  ma  vie  d'élève. Le   copain   par  terre  et  le  matelas  avec  draps  et  couvertures  sur  lui. Le   temps   qu'il   sorte   de   la   dessous  et   essaie   de   me   retrouver  j'étais   loin  et  dans   mon  lit..

Le  matin  retrouvant  mon  copain  je  lui  demande  s'il  avait  bien dormi,  sa réponse, en  souriant,   fut : "oui, impeccable  mais  si  UNTEL  attrape celui  qui  l'a  viré   cette   nuit   cela   va   être   sa   fête",   et   la   il  m'explique  qu'un   ancien   classé   par   moi   et   d'autres   comme   un   sale   c....   vu   qu'il   donnait   des   45   pour   un   oui   ou   pour   un   non    et    avec    grande    puissance,   avait   interverti    sa    place    avec   mon    copain. Le   copain   riait   en  me  disant  cela  et   moi   encore   plus   car  comme   je   ne   pouvais   pas   piffrer   cet   ancien  pour   les   raisons   citées   plus   haut   j'ai   dit   à   mon  copain:  "c'est   ma   plus  belle  nuit   de   virage   qu'il   m' a   été   donné   de   faire   d'autant   plus    que   cela    tombe   sur   UNTEL,   maintenant    je   suis   quitte   avec   toi."

 

 

  

                              ARRIVEE   EN   AMBULANCE    AU   LYCEE


Ci-après  le  récit  authentique  de  J.Claude  qui  a  été  victime  d'un  coup  de  fusil  de  chevrotines  sur  le  trajet  Alger-Dellys   en   car.

----------------------------------------------------------------------------------------------------

C'était  autrefois  en  octobre  1958  lors  d'une  rentrée  scolaire  à  l'ENP  de  DELLYS.

Venant  du  constantinois,  je  n'avais  pu  obtenir un billet  d'avion  pour ALGER, afin d'être à DELLYS  le  jour  dit,  si  bien  que  je  ne  suis  arrivé  à  l'école  que  trois  jours  plus  tard. Mais  quelle  arrivée ! à bord d'une ambulance militaire, qui devait me déposer à l'infirmerie le  soir  vers  18 heures. Mais  que  s'était-il  passé  durant  mon  voyage,  à  bord  d'un  car de  la  SATAC  qui  reliait  ALGER  à  DELLYS ?

Arrivé  à  ALGER  par  avion  en  début  d'après-midi,  j'embarquais  dans  le  bus  vers  16 heures  en  direction  de  mon  école.  distante  de  quelques 80 km.  Je  faisais vite le constat sans  aucune  inquiétude,  que  j'étais  le seul  Français  parmi  les  voyageurs.

Il  faisait  encore  jour  et  nous  n'étions  qu'à  une  dizaine  de  km  de  DELLYS,  lorsque, soudain   le   car  ralentit  sa  course  et  à   ce   moment-là  j'aperçus   sur   le   bord   de  la route,  des  personnages  vêtus  d'une  tenue  militaire  kaki. A  travers  la  vitre  de  la  porte d'entrée  du  bus,  je  vis  l'un  d'eux  mettre  le  véhicule  en  joue... "Encore  un  militaire  du contingent  qui  veut  faire  l'intéressant",  me  dis-je  alors  et  sans  aucune  idée préconcue. Mais  voilà  qu'un  coup  de  feu  claqua  et  fit  sauter  en  mille  morceaux  les  vitres  de  la portière   et   dans   le   même   temps   le  chauffeur   du   car  accéléra   brutalement,  pour continuer   sa   course   à   vive   allure   en   direction   de   DELLYS.

J'avais   enfin   compris,  que   nous   avions    affaire   à   une   bande   de   fellaghas,  qui manifestement   ne  nous  voulaient  pas  que  du  bien. Dans  le  même  temps  des  rafales de  pistolets-mitrailleurs   se  firent  entendre,  ainsi  que  le  bruit  de  l'impact  des  balles sur   la   carosserie,  qui   ressemblaient   à   une   pluie   de   graviers   jetés  sur  le  véhicule.

Bien  heureusement  deux  à  trois  km  plus  loin  le  bus  stoppa  dans  la  cour  d'une petite école   occupée   par   des  militaires   du  contingent   et   le   chauffeur   paniqué   par  cette attaque   avait   quitté   le   véhicule   en   sautant   par  la  portière. Dans  le  car  un homme hurlait   de   douleur   l'abdomen  en  sang,  une  petite  fille   également  blessée   criait   et pleurait... Je  me  suis  relevé  du  sol  où,  je  m'étais  mis  à  plat-ventre  lors  de  la  fusillade et   je   devais  alors  faire  le  constat  que  le  véhicule  avançait  lentement.  Je  ne  sais  plus pourquoi ? je  me  suis  alors  précipité  pour  arrêter  le  véhicule  en  actionnant  les  freins, malgré  la  panique,  le   désordre   et   les   cris   des   blessés.

Nous  avons  été  pris  en  charge  par  les  militaires  et  peu  après  un  camion  chargé d'hommes   en  armes  commandé  par  un  jeune  lieutenant,  s'est  arrêté  devant  l'école pour  avoir  des  renseignements  sur  le  lieu  de  l'attentat. Le  groupe  devait  rapidement accrocher  les  rebelles  et  l'on  entendit  durant  quelques  minutes  quelques  rafales  de pistolets-mitrailleurs  : un  militaire  devait  être  blessé  durant   cet  accrochage.

Réfugiés  dans  l'école,  un  infirmier  militaire  donnait  ses  soins  aux  blessés  et  pour  ma part  il  me  semblait  que  j'étais  intègre  de  toute  blessure,  sauf,  qu'une  étrange douleur occupait   mon   épaule  droite,  ce   qui   me   conduisit   à   y   introduire  ma  main  pour  la retirer   peu   après   couverte   de   sang : j'avais  reçu   également   du   plomb   dans   l'aile !

Puis   tout   se   passa   très    vite : pansement  et   bandage   par  l'infirmier,  puis,  transfert  à  bord  d'une  ambulance  militare  escortée  par  un  Half-Track   jusqu'à   l'ENP  où,  je  fus  mis   à   l'infirmerie   et   pris   en   charge   par   l'infirmière    qui   fit   appel   à  un  médecin.

Durant  toutes  ces  péripéties  je  n'ai  jamais  eu  peur,  peut-être ? parce que  je  ne  m'étais   pas   rendu   compte   du   danger  que   j'avais   pu  courir,  mais,  dans  l'obscurité sépulcrale  de  l 'infirmerie (NDLR:  oh!  que  c'est  bien  dit! ! ), c'est   là   que   la  réalité  devait  me   sauter  au  visage   et   me   causer  de   violentes  angoisses  qui   me  faisaient  poser   bien  des  questions.

Est-ce   la   nuit   blanche  passée  à  l 'infirmerie  et/ou,  le  pénible  souvenir  de  l'attentat ? qui  m'ont  laissé  très  abattu  le  matin  avec  40°C  de  fièvre... J'ai  eu  droit  à  une  injection  de  sérum  anti-tétanique  des  injection  d'antibiotiques... Pour  conclure  en beauté  cette  aventure.

Mais,  il  y  a  quelque  chose  qui  me  tient  à  coeur  et  que  je  ne  veux  en  aucun  cas taire  et  dont  le  souvenir  est  bien  ancré  dans  ma  mémoire.

Je  veux  ici  remercier  et  rendre  hommage  à  deux  personnages  qui  ont  marqué  ce triste  évènement :

- le  premier  est  le  chauffeur  du  bus,  un  kabyle  demeurant  à  Dellys,  qui  a  dit  qu'il  ne s'était  pas  arrêté  parce  qu'il  trouvait  injuste  de  me  voir  tué,  alors  que  le  frère  de cet homme  était  le  chef  d'une  bande  de  rebelles.

- le  deuxième  est  l'un  des  cuisiniers  kabyles  de  notre  école  avec  lequel  j'avais  lié  une amitié. Dés  qu'il  a su  que  j'avais  été  blessé  et  que  je  me  trouvais  à  l'infirmeie, il  est accouru  pour  me   voir  et  devant  mon  incompréhension  de  cette   agression, il  m'a  dit tristement :"mon  fils,  c'est  la  guerre !" Durant  mon  séjour  à  l'infirmerie  il  ne  manqua jamais  de  me  faire  porter  des  plateaux-repas  bien  garnis  pour  me  refaire  une  santé.. Hélas, j'appris  quelques  jours  plus tard,  qu'il  avait  été  abattu  par  les  militaires  venus pour  l'arrêter. Ce  brave  homme  qui  était  un  chef  local  de  la  rebellion, avait  tout  de même  un  cœur  et  cela  je  ne  puis  l'oublier.

J'oubliais  qu'il  y  eut  une  autre  victime  dans  cet  attentat : ma  veste  neuve  en  suédine marron,  qui  devait  comme  moi  conserver  longtemps  le  souvenir  des  impacts  de plomb  qui  auraient  pu  ce  jour-là  me  conduire  de  vie à  trépas.

Je  ne  puis  terminer  ce  récit  sans  rendre  hommage  à  tous  mes  camarades  de  l'école, qui  m'ont  si  fraternellement  entouré  durant  mon  séjour  à  l'infirmerie  et  encore aujourd'hui   je  souris  dans  mes   belles  moutaches,  lorsque  je  regarde  les photographies  du  Père-Cent  où,  notre   ami   Jacques  MAUDUIT   m'avait   représenté  jouant   de   l'accordéon,   assis   consciencieusement   sur   un   car   où   s'inscrivait   en majuscule = "SATAPE".  (NDLR: la compagnie  du  car  s'appelait : SATAC)


 


    Vous  avez   en  bas   et   à   droite   un  bouton  avec  une   flèche  vers  le   haut  qui,            après    un   clic  vous  permet  d'aller   directement  vers  le  haut  de  la  page.